Tous les articles par Marc MAIRE

MUSÉOSCOPIE après le colonialisme

Le chantier prospectif « MUSÉOSCOPIE après le colonialisme » investit « Le musée ethnographique comme terrain aussi d’action ». L’enjeu très actuel de ce volet muséoscopique s’inscrit en corollaire de celui de collections ethnographiques muséales :« Revisiter et repenser le passé colonial en musée » depuis plusieurs points de vue.

Un enseignement sur la sédimentation d’ héritages coloniaux dans une collection publique notoire est prévu en rapport avec le thème de chaque session ou workshop. Chacun s’attachera non seulement à saisir très concrètement la nature de la collection dans sa dimension matérielle mais aussi à l’appréhender dans sa complexité symbolique. En mobilisant notamment la notion et l’opérativité de la biographie des objets comme de la collection qui les a intégrés, on interrogera le musée sur ce qu’il peut potentiellement révéler de « la vie sociale » des artefacts produits dans un contexte colonial durant un période particulière, et de celle de la collection elle-même.

Des sessions pourront comprendre aussi la fréquentation d’institutions différente, musées, archives, et celle de conservateur /trices de musée, archivistes, commissaires d’exposition, artistes, et autres chercheurs. Ce qui pourrait s’apparenter à une historio/socio/anthropologie pratique de la collection et du musée, vise à en démêler par l’enquête et à en mettre à jour les multiples facettes épistémologiques qu’il recouvrent , et au sein desquels ces biens culturels peuvent prendre des sens multiples.

MUSÉOSCOPIE après le colonialisme s’engage et s’inscrit dans une perspective « Enquête de type historico /socio / anthropologique sur des héritages coloniaux » . Des rapprochements sont déjà prévus avec l’Université Paris 1 / Panthéon-Sorbonne et l’Université Paris Lumières – Epha notamment dans le sillage de son projet Glissements de terrain. Les collections muséales réinvesties par le champ de l’art contemporain (2017-2018).

4 ème session: “Compléments d’objets”

Workshop :                                      MUSEOSCOPIE  / 4 ème session

Intitulé :                                                  «Compléments d’objets»

Dates :                                                du 13 au 17 Mai  2019 inclus.

Initiateur :                                                     M. Maire (2016)

Etudiants destinataires :                                  CI et CR

Professionnels partenaires :  Marianne Robert, cheffe du département  de l’action culturelle, Odile Cavalier, conservatrice en chef du patrimoine et du musée Calvet dont le Musée lapidaire, Ville d’Avignon ;

Enseignants associés :  Salma Elghezal, docteure en chimie,  Hamid Maghraoui, artiste, Marc Maire,  conservateur-restaurateur ;

Lieu investi :                                     Musée lapidaire d’Avignon (ouvert de 10h à 13h et de 14h à                  18h du mardi au dimanche fermé les lundis)

Prérequis :                                      avoir lu les documents indiqués ;

Outils requis :                                                  Appareil photo ;

Biblio- sitographie de référence :

Document bilingue – Réserves et collections, un autre Mucem, Manuella Editions – Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée – Mucem, 2017

https://seminesaa.hypotheses.org/10902

Musées pour cible – Musée des arts contemporains du grand Hornu, 2018

_____________________________________________________________

Pour sa quatrième et dernière session de workshop de l’année scolaire 2018-19, MUSEOSCOPIE propose d’investir du 13 au 17 Mai 2019, le musée lapidaire dit aussi « musée archéologique », situé depuis 1933 dans la chapelle du collège des Jésuites, construite au XVII ème siècle au cœur d’Avignon. Y sont visibles des biens culturels monumentaux tels que des reliefs votifs, sculptures, stèles funéraires et inscriptions, sarcophages et objets domestiques (vases  à figures rouges, terres cuites), en témoignages  de plusieurs civilisations : Grèce et Grande-Grèce (Italie du Sud), Rome,  Gaule romaine et paléo-chrétienne et Egypte.

 

La thématique de la semaine s’inscrit toujours dans la perspective de découverte intime des musées de la ville, d’analyse des muséographies qui y sont à l’oeuvre, et d’action pour une transformation du rapport passif au musée, trop souvent seulement contemplatif de ce qui est donné à voir.

L’enjeu de chaque démarche « muséoscopique » sera de proposer, à partir d’un objet de la collection du musée, l’implémentation ou l’activation, au sens de Nelson Goodman, d’une production à même de combler la distance, aussi bien temporelle qu’épistémique ou civilisationnelle, qui  sépare ce bien culturel de notre environnement immédiat. Après que chaque participant.e, dans une première phase, aura bien renseigné ce bien culturel dans ses situations d’existence, il/elle aura a coeur d’en concevoir et réaliser un prolongement direct, un « complément d’objet », par le(s) moyen(s) qu’il aura déterminé(s).

La dernière journée sera le temps d’évaluer collectivement chaque résultat obtenu à l’aune de la muséoscopie,  pour ce qu’il est susceptible de faire à un spectateur plus que ce qu’il signifie en et pour lui-même et ce qu’il est ; par ailleurs, de tirer les enseignements d’une expérience qui voudrait réunir des étudiants de tous niveaux des deux mentions conservation-restauration et création de l’EsaA.

Programme prévisionnel

 

Lundi

Mardi

Mercredi

Jeudi

Vendredi

 

Matin à partir de 9h

Bibliothèque de l’ESAA et bibliothèque   Ceccano

Baigne-pieds

Baigne-pieds

Baigne pieds

Baigne-pieds

 

Après-midi à partir de 14h

Introduction au workshop

 

M. Maire

Musée lapidaire

 

S. Elghézal

M. Maire

Musée lapidaire

 

S. Elghézal

M. Maire

Musée lapidaire

 

H. Maghraoui

M. Maire

Baigne-pieds

 

H. Maghraoui

M. Maire

 

 

13

Etudiant.e.s   inscrit.e.s 

Année

Adresses courriels

01

CASSERAT  Nina            

L1

ninaca@hotmail.fr

02

CHOI Yonghan

L2 cr

QLQLDYD@gmail.com

03

DALMOLIN  Eline                         

L1

eline_dal@hotmail.fr

04

DAVILA  Jérémy

L2 cr

colin.davila.maurel@gmail.com

05

FARRUGIA  Théo

L1

n.y.c@orange.fr

06

GILOT  Emilie

L1

emilie.gi@neuf.fr

07

MEDIN Ninon           

L1

ninayne77@gmail.com

08

MONTY-BRUNEL Lucie

L1

lucie.monty-brunel@laposte.net

09

MORVILLIERS  Marylin             

L1

nilyram.84@gmail.com

10

PASSIS Coline  

L1

passis.coline@gmail.com

11

RAYNAUD Manon         

L2 cr

manonraynaud30@gmail.com

12

RENEVRIER Loreleï    

L1

renevier.lorelei@gmail.com

13

RESTOY Solène              

L2 cr

solenerestoy99@gmail.com

3ème session: “Le musée en creux”

Workshop :                                                    MUSEOSCOPIE  

Référence :                                                    à lire [ cliquer ICI ]

Dates :                                    3 ème sesssion du 25 au 29 Mars 2019 inclus.

Initiateur :                                                     M. Maire (2016)

Lieu investi :                                          Musée Vouland, Avignon

Enseignants associés :                S. Elghezal, H. Maghraoui, M. Maire.

Etudiants associés : 12

Professionnelles partenaires  :  Sabrina Grassi, critique d’art et co-commissaire de l’exposition « Document bilingue », Odile Guichard, conservatrice du Musée Voulant, Astrid ….. stagiaire.

Outils requis : appareil photo, carnet de croquis, …

Bibliographie de référence :

_____________________________________________________________

MUSEOSCOPIE propose du 25 au 29 Mars 2019 une 3 ème session de workshop qui veut se pencher particulièrement cette fois sur le musée en creux, ses réserves. Le terrain  propice à cette nouvelle velléité prospectrice est le Musée Vouland qui rend compte  à sa manière d’un certain art de vivre élitiste de la classe dirigeante au XIX ème siècle. Inspiré du modèle du Musée national des Arts et Traditions populaires initié par Georges Henri Rivière à partir de 1937, cet hôtel particulier rassemble des témoins artisanaux, artistiques, industriels et culturels  réunis par un magnat local, augmentés d’acquisitions nouvelles par donations, prêts et achats depuis l’ouverture du musée. Le musée abrite dans ses espaces d’exposition et de réserves azimutées de la cave au grenier, des objets d’art décoratif, industriel  et populaire issus des XVII ème et XVIII ème siècles, susceptibles de cohabitation ponctuelle, contrastée et inédite avec des créations plus récentes. Doté d’un jardin intimiste, véritable havre de verdure au coeur de l’urbanité, il laisse entrevoir des liens à tisser entre le dehors et le dedans.

MUSEOSCOPIE persiste à vouloir interroger la nature plurivoque des biens culturels relevant potentiellement de catégories multiples telles que  art populaire, objet scientifique, art décoratif , ici des pièces de dessin, peinture, faïence, porcelaine, tapisserie, horlogerie, lustrerie et orfèvrerie. Comment se déprendre de tout tropisme critique pour agir par accommodation, intercalation, activation  sur  des objets-documents révélés à la lumière de leur biographie et d’ une autre « matérialité » – moins essentielle et physique, plus esthétique, poétique, ethnographique ou anthropologique celle-là ? Que pourrait-il advenir de la partie des collections  actuellement mise en retrait ou à l’écart, si ces objets étaient reconsidérés dans des dimensions et sur des supports médiatiques inenvisageables jusqu’à aujourd’hui, à l’heure d’une culture visuelle numérique déjà très priorisée par les jeunes ? Cette opération activatrice menée dans une perspective non plus catégorielle, mais particulariste,  est-elle à même de relever de l’art et/ou d’un nouvel enjeu de la conservation – restauration ?

Etudiants inscrits :

01

 

 

 

02

 

 

 

03

 

 

 

04

 

 

 

05

 

 

 

06

 

 

 

07

 

 

 

08

 

 

 

09

 

 

 

10

 

 

 

11

 

 

 

12

 

 

 

13

 

 

 

14

 

 

 

15

 

 

 

16

 

 

 

17

 

 

 

18

 

 

 

19

 

 

 

20

 

 

 

 

 

 

 

 

Dépister la colonialité à l’oeuvre

Ynka SHONIBARE MBE, Scramble for Africa, 2003, commandée par le Musée d’Art africain, Long Island City, N.Y., Collection Pinnell, Dallas.

De même que des structures culturelles, sociales et familiales, le colonialisme a muté à travers le temps. A partir des indépendances africaines dans les années 50-60, il a abandonné ses instruments et mécanismes mis à l’index pour perdurer sous couvert de nouveaux avatars (impérialisme, aide au développement, ingérence humanitaire) dans un contexte mondial globalisé. Contrairement à une idée reçue, ce dernier n’a pas mis fin au colonialisme économique et culturel. Il en a permis la mutation. Dès lors, ses nouveaux ressorts moins criants, plus insidieux, ont imprégné à coeur la conception du réel en Occident.

A la fin du XX ème siècle, une pensée critique , tantôt d’inspiration anglo-américaine, ( post-colonial et subaltern studies), tantôt latino-américaine (postoccidentalisme ou encore perpectives et théories décoloniales), prend de la vigueur. Elles se distinguent du post-colonialisme  alimenté par des auteurs issus des anciennes colonies  françaises ou britanniques en Asie, en Océanie et au Moyen Orient, et partant plutôt d’une perspective culturaliste situant le début de l’histoire coloniale au XVIIIème siècle. La perspective décoloniale ou décolonialité souffre de sa confusion avec celle des études postcoloniales.  Quand bien même la décolonisation ne serait qu’un mythe, à l’origine d’un autre, le monde postcolonial [sans tiret] (Grosfoguel, 2006, p. 60-61) régi par les USA et les institutions financières internationales — la Banque Mondiale, le Fond Monétaire International, l’Organisation Mondiale du Commerce, les G8, et G20, le Pentagone et l’OTAN — (Palmieri, 2018), une dynamique de traduction à l’initiative du Groupe décolonial de traduction accompagnée d’autres traducteurs encore s’est déclenchée depuis une dizaine d’années. Les revues Multitudes et Mouvement ont été les premières à publier des articles d’auteurs décoloniaux. Plus récemment, d’aucun(e)s ambitionnent de renouveler le concept de colonialité dans le contexte contemporain, afin de dépasser la définition latino-améticaine et de cerner à travers les différences entre espaces et temps, les rapports de domination qui caractérisent les relations sociales à l’ère de la mondialisation (Palmieri, carnet-hypothèses. “Colonialité : enjeux, paradoxes”). On situe l’origine de la conception latino-américaine dans la théologie de la libération diffusée en particulier après le Concile de Vatican II par les Jésuites et dont la philosophie de la libération de Enrique Dussel est l’héritière (Dussel, 2003).
La décolonialité est née en 1955 pendant de la Conférence de Bandung qui réunit vingt-neuf pays asiatiques et africains. Son principal objectif  était de trouver un terrain d’entente et atteindre la même conception d’un futur qui ne soit ni capitaliste, ni communiste. ” …  la pensée décoloniale engage l’égalité mondiale et la justice économique, mais affirme que la démocratie occidentale et le socialisme ne sont pas les seuls modèles qui puissent orienter notre pensée et nos actes” (Mignolo, 2013). Les prospectives décoloniales  s’attellent principalement au problème suivant: les savoirs et les sensibilités propres à l’Occident se sont constitués en un modèle « universel » qui vaudrait pour tous. Cette position a accouché du concept central de la décolonialité, la colonialité, qui désigne un type de pouvoir et de domination. En corollaire, le prédicat « colonialitaire » qualifie ce qui a trait à la colonialité, soit les héritages et reproductions contemporaines des expériences coloniales passées qui ne sont pas directement le produit du capitalisme mais l’alimentent. Les « modèles de pouvoir » instaurés par la colonisation n’auraient pas changé. (Grosfoguel, 2006). Pour exemple, beaucoup de français et d’occidentaux pensent que l’Afrique est caractérisée par la négativité de la pauvreté, de l’indigence, des républiques bananières, de l’absence d’histoire, de l’ignorance, de l’endettement, du sous- développement, de l’après-colonialisme, … Ces représentations correspondent à la conception évolutionniste d’une modernité progressive et civilisée qui serait l’apanage de l’ Occident, lui évolué. Celui-ci, le centre,  serait seul détenteur de remèdes à la barbarie et l’impéritie de ceux dont il daigne se préoccuper avec mérite, les subalternes, mais en se passant de leur consultation, en les excluant du champ du pouvoir et en les maintenant à la périphérie. La théorie de la dépendance a montré que les sociétés du tiers-monde, la périphérie, dépendent structurellement du centre, des puissances capitalistes occidentales. Dans le  système-monde , décrit par Immanuel Wallerstein , le centre se différencie de la périphérie par une construction économique et sociale en perpétuel déséquilibre, labile à la fois dans le temps et l’espace, et qui requiert des acteurs agissant à différents niveaux (nations, entreprises, familles, classes, groupes identitaires …). Le centre assure et maintient cette relation inégalitaire  et la perpétuation d’une périphérie toujours dépendante (Wallerstein, 1995). Les mécanismes palliatifs d’aide, de soutien et de soins fournis par le centre, sont labiles dans le temps et n’ont pas cessé avec les indépendances. A l’heure de la globalisation, ces “remèdes” évolutionnistes servent  les intérêts d’une hégémonie non seulement économique, mais aussi épistémique en tant qu’ils imposent leurs savoirs (Sanna & Varikas 2011). Ils caractérisent l’état des relations entre États et entre États et populations.
Tel un virus, la colonialité s’est insérée dans l’être-au-monde de son hôte, dans ses connaissances à la fois de l’ordre du sensible et de l’intelligible.  Ce faisant, elle a éludé les rapports au réel et les savoirs des peuples dominés par la colonisation, telles la pensée magique, les conceptions cosmogoniques irrationnelles ou considérées comme simplistes, etc., jugées inférieures sur foi d’analyses ethnocentrées, partielles voire partiales. En témoignent les structures d’enseignement occidentales qui ne donnent accès à ces connaissances qu’à partir du point de vue de l’Occident, au prisme de paradigmes déterminés par lui seul. Simultanément, en situation hégémonique de diffusion du savoir avec l’ambition démiurgique d’instaurer des valeurs et considérations universelles des choses de la vie, elles ont « établi[t] avec les autres cultures des relations qui paralysent tout développement réel » (Quijano, 1995)  en propageant une normalisation inhibant tout individu à même de penser son identité hors du moule.

Si l’on prend pour fondement la proposition fondamentale d’Anibal Quijano, on pourrait dire que le concept de  colonialité caractérise les rapports de pouvoir et de domination produits par la reproduction patriarcale, d’abord du colonialisme, puis du capitalisme, de la mondialisation,  et de l’occidentalisation (Quijano, 2006) Cette colonialité ne correspond pas uniquement à la période post-coloniale, mais parasite la relation au réel de tous les jours.  En hiérarchisant les savoirs entre riches et pauvres, Noirs  et Blancs,  hommes et femmes, entre personnes de sexe, classe et race différents,  elle crée une incapacité par les dominants à prendre en compte les savoirs experts des subalternes. De même elle favorise la prise de conscience leurs propres savoirs par les dominés ayant intériorisés leur condition. La colonialité nuit à l’idée de  la multiplicité des savoirs dans un rapport d’oppression des États occidentaux à l’égard de la périphérie, des privilégiés vis à vis des populations de la périphérie ou de la base. La  colonialité pose questions quant aux espaces et temps différents sur la planète, aujourd’hui numériques,  qui accélèrent dans une surenchère  infernale en augmentant les dominations (Palmieri, 2018). De fait, cette “colonialité numérique” occulte des expressions de connaissances pourtant tout à fait à même de faire évoluer la pensée critique. La décolonialité va de pair avec l’épistémologie frontalière. Outre le contenu de la discussion, celle-ci se concentre sur la modification de ses termes. Grâce à elle, il est possible de dissocier cette épistémologie des épistémologies territoriale et impériale fondées sur des politiques de connaissance théologiques (Renaissance) et égologiques (Lumières), la théo- et l’egopolitique de la connaissance prétendues universelles étant basées sur la suppression de la sensibilité, du corps et de son enracinement géo-historique (Mignolo, 2013).


 L’héritage le plus durable de la Conférence de Bandung* est la « déprise » d’avec le capitalisme et le communisme et d’avec la théorie politique des Lumières (libéralisme, républicanisme – Locke, Montesquieu) et de l’économie politique (Smith) ainsi que de son adversaire, le socialisme/communisme. Une fois ce détachement effectué, il faut se tourner vers les modes de vie et de pensée disqualifiés depuis la Renaissance par la théologie chrétienne, laquelle poursuit son expansion à travers la philosophie séculière et la philosophie des sciences, car il n’y a pas d’issue dans la modernité (Grèce, Rome, la Renaissance, les Lumières).

Au-delà des frontières épistémiques et territoriales établies par la colonisation des XVe et XVIe siècles, la pensée décoloniale aspire à une modernité plurielle, pluriverselle , dans laquelle les être-au-monde des peuples colonisés et leurs identités seraient pris en compte au même titre que ceux de leurs homologues des pays dominants afin de contribuer sans rapport de subordination aux changements d’un monde qui s’avère toujours plus globalisé. Une fois identifiées les formes d’acteurs et d’institutions dévalorisées par ces frontières, il est alors possible de mieux se détacher de ce dispositif conceptuel par un revirement épistémique qui correspond à la socio-genèse d’un ” être qui existe là où il pense “. Un tel écart procède d’un acte de rébellion contre l’universalisme abstrait hérité des Modernes pour dominer le monde. Autrement dit, c’est un acte de ” désobéissance épistémique ” (Mignolo, 2015).

Les ressorts de la colonialité du pouvoir, du savoir et de l’être, sont d’autant plus difficiles à identifier que l’enquêteur est ressortissant d’un état et d’une culture où elle sévit. L’un des marqueurs de la colonialité est une appropriation que nous qualifierons d'”intégrative” à ne pas confondre avec le résultat de porosités et échanges culturels immémoriaux. Celle dont il est question capte et absorbe les « emprunts » aux cultures dominées dans un rapport inégalitaire, sans réciprocité et jusqu’à les dissoudre en les frelatant (mode, musique, etc …). Ainsi cette appropriation intégrative peut être considérée comme un dommage de la pensée universalisante et sa visée d’assimilation de l’Autre, de dissolution de sa différence en vertu de ses propres filtres et valeurs. Il ne s’agit pas d’échange de gré à gré, mais de véritable subalternisation voire pire, de subordination.
La décolonialité est de plus en plus évoquée aussi bien dans  des travaux de recherche que dans des milieux militants. A l’origine c’est le groupe d’ intellectuels latino-américains appelé projecto Modernidad/Colonialidad qui a propagé la notion de colonialité à partir de 1998. Parmi eux, le sociologue péruvien Anibal Quijano qui a mis en lumière la manière dont le capitalisme doit son efficacité à la racialisation du travail (Quijano, 1995). La racialisation se produit à travers le marquage des corps. Certains corps sont racialisés comme supérieurs, d’autres comme inférieurs. Franz Fanon, soutient l’idée essentielle selon laquelle les individus situés au-dessus de la ligne de l’humain, vivent dans ce qu’il appelle la « zone de l’être », tandis que ceux situés au-dessous de cette ligne, se trouvent dans la zone de non-être (Fanon, [1952] 2011). Dans un monde capitaliste, impérial et colonial, la race s’inscrit en ligne de division traversant les relations de classe, de sexualité et de genre à l’échelle mondiale, ce qu’Aníbal Quijano appelle la colonialité du pouvoir. L’intersectionnalité des relations de pouvoir de race, de classe, de sexualité et de genre se manifeste dans les deux zones dont parle Fanon.

La colonialité du pouvoir caractérise un régime de pouvoir qui émerge à l’époque moderne avec la colonisation et l’avènement du capitalisme. Il ne s’achèvera pas avec les indépendances survenues dans les années 50-60, mais persistera (Grosfoguel, 2006) en continuant à marquer de son empreinte les rapports sociaux de pouvoirs actuels dans le système-monde. Une particularité de ce concept, c’est qu’il a connu un déploiement de plusieurs de ses dimensions pour engendrer tout un ensemble de recherches sur les rapports sociaux de pouvoir à l’époque moderne.
En 2000, c’est le vénézuélien Edgardo Lander qui dirige la publication d’un ouvrage collectif sur la colonialité du savoir. On peut admettre avec lui que la colonialité n’est pas seulement un système matériel de rapports sociaux de travail. Elle est aussi une épistémé spécifique. Les auteurs tous latino-américains révèlent et veulent dépasser une épistémé eurocentrique qui nourrit la colonialité du pouvoir, écrase et délégitime toutes les autres formes de savoir, différentes de celles produites par la science moderne occidentale. Ce dépassement dénommé transmodernité par l’argentin Enrique Dussel, est appelé à surmonter l’opposition entre l’universel de la modernité et le relativisme de la postmodernité. Proposer une alternative locale au capitalisme sans renoncer à un idéal d’émancipation universel. Pour les chantres du décolonial, les néo-zapatistes du Chiapas constituent un exemple intéressant de mise en oeuvre du pluriversalisme. Avec les notions de “buen vivir” et les “droits de la terre mère”, issus de cosmogonies indigènes,  il s’agit d’essayer de proposer des réflexions alternatives à la domination de la rationalité instrumentale sur la nature. Comme le fait l’intellectuel aymara Simon Yampara  en stipulant que les Aymaras ne sont ni capitalistes ni communistes et promeuvent la pensée décoloniale et l’acte communautaire. Base de l’organisation populaire de l’Amérique précolombienne, la Minga est un concept quechua qui signifie « travail collectif en vue d’un objectif commun.” La Minga est une invitation à faire partie d’un processus de transformation qui de fonde sur les qualités de chaque apport des individus et des organisations (Fals Borda, 1967, 2008).

C’est déjà ce que visait la pensée de José Carlos Mariategui en ce qu’elle constituait une tentative de dépassement dialectique d’un dualisme figé entre l’universel et le particulier (Mariategui, 2007). Avec la notion de colonialité de l’être, développée par Maldonado-Torres, la notion de la  décolonialité prête également à une réflexion ontologique sur l’être . Développée par la philosophe argentine, Maria Lugones, la colonialité du genre représente la contribution à la pensée féministe de l’option décoloniale. Cette auteure démontre que genre et sexe sont des constructions socio-historiques en vigueur dans les Amériques avec la colonisation. Le genre concerne plutôt une problématique des femmes blanches bourgeoises cantonées dans des rôles sociaux de genre stéréotypés. En revanche, selon la conception coloniale, les personnes racisées, animalisées, ne jouissent pas du statut d’être humain. A l’aune du dysmorphisme sexuel entre mâle et femelle, elles ne sont donc par genrées mais seulement sexuées. Avoir un genre étant l’apanage d’hommes et femmes, blancs et bourgeois. La colonialité du pouvoir peut être exemplifiée par l’extension de l’Etat moderne à l’ensemble du monde. Cet aspect a nourri la réflexion de l’anthropologue James Scott au sujet de Zomia6. Pour sa part, la chercheuse mexicaine Breny Mendoza a tenté de répondre à la question de la colonialité de la démocratie. On le voit bien, la notion de colonialité de pouvoir est à l’origine d’un large programme de recherche sur le siège de rapports  de pouvoir et de domination / subordination, hiérarchisés et imbriqués dans la modernité occidentale, qui ont été imposés de force au reste du monde. Qu’en est-il de la colonialité du champ de l’art, si d’aucuns affirment ou prônent son autonomie ? Le concernant on pourrait d’emblée estimer que la limite est floue entre appropriation innocente, produite de tous temps par l’échange, et appropriation intégratrice, par la domination. Or on peut aussi considérer l’art comme un champ donnant lieu à subordination (ou subalternisation) et appropriations.

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est illustr-firmin-e1513480275773.jpg

Alors qu’en est-il de la création artistique et de sa muséalisation ? Depuis la fin de la seconde guerre mondiale, notamment sous la pression d’artistes, l’approche anthropologique occidentale a progressivement entériné et tenté de rectifier son ethnocentrisme.  Dès lors, la production d’art contemporain, sa restauration et son exposition charrient-t-elles une colonialité dont les composantes ont déjà été identifiées, ou d’autres qui seraient spécifiques et restent à déterminer ? Connaissent-elles des impacts colonialitaires, c’est-à-dire qui perpétueraient l’imbrication des rapports de domination produits par l’occidentalisation dans le contexte du capitalisme mondialisé ?   Ou, en questionnant par un autre biais, quelles sont les difficultés à penser son identité hors de l’univers conceptuel caractéristique d’une « esthétique occidentale » ? Est-on en mesure de revendiquer ou identifier des pratiques artistiques, restauratrices et expographiques décoloniales ?

Telles sont les questions initiales auxquelles les participant.e.s au workshop « Muséoscopie » seront invité.e.s à se confronter lors de sa deuxième session. Celle-ci s’inscrit, dans le sillage de la précédente — qui avait abordé la thématique du regard esthétique –, et la perspective de fournir aux étudiant.e.s un outillage critique provenant de divers points de vue.

____Notes___________________________________________________________________

*le Projecto modernidad-colonialidad fut créé lors d’un événement organisé en 1998 à Caracas.

____Biblio –  / sito – graphie de référence________________________________


– BESNARD, Mireille, “Vers la décolonialité”, Ligeia 2018/1 (N° 161-164), p. 7-9

– BOIDIN, Capucine, Hurtado López Fátima, « La philosophie de la libération et le courant décolonial », Cahier des Amériques latines, 62/2009, p. 17-22 https://journals.openedition.org/cal/1506


– BOURGUIGNON ROUGIER, Claude, « Le concept de race chez Aníbal Quijano, à l’épreuve de deux approches historiques », Réseau d’études coloniales, 016-09-02 17:09, http://reseaudecolonial.org/2016/09/02/test2/  – Escobar, Arturo & Restrepo, Eduardo, “Anthropologies hégémoniques”, 62 | 2009 : Philosophie de la libération et tournant décolonial, p. 83-95  

– DUSSEL, Enrique , (2003) L’éthique de la libération à l’ère de la mondialisation et de l’exclusion. Préface de Joaquim Wilke. Trad, de l’espagnol (Raison mondialisée), Paris, L’Harmattan

– FALS BORDA, Orlando, La subversión en Colombia, Un análisis del cambio social en Colombia, Fundación FICA y Centro Estratégico de Pensamiento Alternativo CEPA, Bogotá, 2008,

– FANON, Franz, « Peau noire, masques blancs » [1952], in Œuvres, La Découverte, Paris, 2011.

     
– GROSFOGUEL, Ramon, « Les implications des altérités épistémiques dans la redéfinition du capitalisme global – Transmodernité, pensée frontalière et colonialité globale », Multitudes, III (26), Mineure : Empire et « colonialité du pouvoir », 2006, p. 51-74

“Vers une décolonisation des « uni-versalismes » occidentaux : le « pluri-versalisme décolonial », d’Aimé Césaire aux zapatistes” in Ruptures postcoloniales(2010), p. 119-138 

– GROSFOGUEL, Ramon et COHEN, Jim, « Un dialogue décolonial sur les savoirscritiques entre Frantz Fanon et Boaventura de Sousa Santo s», Mouvements2012/4(n° 72), p. 42-53  https://www.cairn.info/revue-mouvements-2012-4-page-42.htm#no4

 – HURTADO-LOPEZ Fátima,« Universalisme ou pluriversalisme ? Les apports de la philosophie latino-américaine », Tumultes, 2017/1 (n° 48), p. 39-50. https://www.cairn.info/revue-tumultes-2017-1-page-39.htm

– LÖWI, Michael, « Le marxisme en amérique latine de JoséCarlos Mariategui aux zapatistes du Chiapas », ActuelMarx 2007/2(n° 42), pages 25 à 32

– MBEMBE,Achille, (2000) De la postcolonie, Karthala, Paris, p. 139-142

– MIGNOLO, Walter, « Géopolitique de la sensibilité et du savoir. (Dé)colonialité, pensée frontalière et désobéissance épistémologique », Mouvements, 2013/1 (n° 73), p. 181-190. DOI : 10.3917/mouv.073.0181. URL : https://www.cairn.info/revue-mouvements-2013-1.htm-page-181.htm

  La désobéissance épistémique, (2015), Critique sociale et pensée juridique n°2, Peter Lang, Paris

– MVENGOU CRUZMERINO, Paul Raoul & LEFEVRE, Sébastien, “De la décolonialité à l’afrodécolonialité… « On ne coiffe pas quelqu’un en son absence»”, RED 2017 n°2 Afrodécolonialité

– PALMIERI, Joelle, « Mondialisation : quand le néolibéralisme cache la colonialité », in Benoît Awazi Mbambi Kungua (dir.), Revue Afroscopie VIII, « Philosophies africaines : études postcoloniales et mondialisation néolibérale. Variations africaines et diasporiques », Paris : L’Harmattan, 2018, p. 453-478, https://joellepalmieri.files.wordpress.com/2018/03/joc3ablle-palmieri_contrib_030417c_ff.pdf,

(2015) “Genre et colonialité — définitions ” , site privé, https://joellepalmieri.wordpress.com/2015/01/02/genre-et-colonialite-definitions/

Carnet hypothèses “Colonialité : enjeux, paradoxes” du portail Openedition 


– POCHE, Fred,  (2014) Le temps des oubliés, Lyon, Chroniques sociales,

 – QUIJANO, Anibal, « Race » et colonialité du pouvoir », Mouvements,2007/3 (n° 51), p. 111-118. DOI : 10.3917/mouv.051.0111, https://www.cairn.info/revue-mouvements-2007-3-page-111.htm

« Colonialité du pouvoir et démocratie en Amérique latine », Multitudes juin 1994 « Amérique latine démocratie et exclusion. Quelles transitions à la démocratie ? »

– WALLERSTEIN, Immanuel, Impenser la science sociale. Pour sortir du XIXesiècle, Paris, Puf, 1995, 320 p. (« Pratiques théoriques ») [1e éd., Unthinking Social Science. The limits of Nineteenth-Century Paradigms, Polity Press, 1991].

“One and three boxes”, (J. Kosuth)

Marylin Morvilliers & Coline Passis, L1
Workshop Muséoscopie – “Informer l’oeuvre”
Nous avons séparé l’accrochage en trois parties car l’oeuvre (que nous avons mise au milieu) aussi est composée de trois éléments. A droite, il y a des mots et leur définition, et ils sont placés du coté de la définition dans l’oeuvre. Au dessus, il y a une rapide présentation de l’artiste et de son travail. A gauche, il y a toutes nos correspondances. Elles sont en couleurs, et se relient donc à l’objet matériel dans l’oeuvre, la boîte, qui est le seul à être coloré. Les volumes des parties rappellent les volumes des trois éléments de l’oeuvre : les définitions sont petites, la boite est très volumineuse.

Informer l’oeuvre



Workshop “Muséoscopie” 19-23 Novembre 2018

MUSEOSCOPIE est un projet expérimental et interdisciplinaire mené à l’École Supérieure d’Art d’Avignon (ESAA) depuis 2017. Il vise à questionner et réviser un lieu privilégié de relais du savoir vernaculaire et scientifique : le musée. En s’interrogeant sur cet espace de mise en scène, il veut associer des étudiants en conservation-restauration et en création artistique avec des professionnels du patrimoine.

La première étape consiste dans l’« arraisonnement » d’un musée, soit un examen approfondi de ses modalités muséographiques en regard de la collection qu’il abrite. Il s’agit d’inspecter in situ pour mieux les saisir, les espaces d’exposition, les biens culturels ainsi que les accessoires déployés pour leur présentation, qui constituent à la fois le terrain et les matériaux de l’enquête menée. Celle-ci est à même de révéler les procédés de la fabrication du “beau”, de la génération et de la propagation de stéréotypes. Elle vise à mettre en lumière les pratiques et discours de légitimation auquel le musée contribue, et peut dévoiler encore l’ instrumentation des espaces muséographiques dans la production des identités territoriales. En outre, il est possible d’évoquer la professionnalisation des pratiques muséographique
Puis la démarche se poursuit par la proposition d’intercalations matérielles à même d’interpeller le visiteur. Celles-ci viennent obstruer son parcours balisé en établissant chacune une situation imprévue de dérivation sémantique. De spectateur contemplatif enclin à une réception passive, il est appelé à devenir acteur critique de significations élargies et d’une compréhension plurivoque après avoir pris conscience des partialité et instrumentalité de la muséographie. Le résultat de cette intervention pose entre autres la question du statut de ces intrusions dans la stratégie muséographique. Selon le statut de celui ou celle qui conçoit et instaure l’intercalation, peut-on y voir une forme de restauration périphérique ou de dispositif artistique ?
MUSEOSCOPIE ambitionne in fine de contribuer à l’augmentation de l’attractivité d’un musée et de sa fréquentation par un public moins spectateur passif et seulement contemplatif. En effet, celui-ci est appelé à devenir plus acteur critique, activateur de son expérience esthétique et cognitive en prenant conscience des partialité et instrumentalité de la muséographie.

Quelques définitions

anthropologie : science qui étudie l’être humain dans toutes ses dimensions physiques (anatomique, morphologique, physiologique, évolutive, etc.) et culturelles (sociales, religieuses, psychologiques, géographiques, etc.).
ethnographie : méthode des sciences sociales dont l’objet est l’étude descriptive et analytique sur le terrain, des us et coutumes de populations déterminées, qui ne se cantonne plus comme il fut un temps, aux « ethnies primitives ».
ethnologie : science humaine et sociale qui relève de l’anthropologie et est connexe à la sociologie, dont l’objet est l’étude comparative et explicative de l’ensemble des caractères sociaux et culturels des groupes humains qui leur sont plus ou moins propres.
muséograhie : définit, décrit et analyse la conception intellectuelle et technique d’une exposition, ainsi que sa structure et son fonctionnement. [ engl. : museography ]
muséologie : science appliquée à l’ensemble des réflexions et des théories relatives au champ muséal. [ engl. : museology, museum studies ]
muséoscopie : néologisme formé à partir du préfixe muséo- (du grec ancien mουσεῖον, mouseîon « sanctuaire des muses»), et du suffixe -scope (du grec ancien σκοπέω, skopéô : « observer ») qui désigne un examen et une analyse critique de la muséographie d’un musée.
sociologie : science humaine et sociale qui étudie les êtres humains dans leur milieu social.

« Informer l’oeuvre »
(Visite d’un musée et pratique d’atelier)

Dans le cadre du Workshop Muséoscopie du 19 au 23 Novembre 2018.
Enseignant associé : Hamid Maghraoui
Dates : les mercredi 22 et jeudi 23 novembre
Programmation : Mercredi 22 novembre de 10h à 12h30. Visite de la Collection Lambert, Musée d’Art Contemporain. Stéphane Ibars, chargé de la programmation artistique présentera d’abord la Collection Lambert, puis l’exposition en cours « Un art de notre temps ». – Mercredi 21 à partir de 14h, Jeudi 22 novembre et Vendredi 23 jusqu’à 12h30, atelier « Informer l’oeuvre » sur le site de Baigne Pieds dans des espaces outre la salle théorie.
Description : au-delà de l’étude muséographique entreprise lors de ce workshop, l’atelier « Informer l’oeuvre » voudra se pencher essentiellement sur des œuvres exposées. À la fin de la présentation et de la visite de la collection Lambert, chaque étudiant ou binôme d’étudiants devra faire le choix d’une œuvre et la prendre en photo. Une fois à l’école, il devra la reproduire à échelle réduite pour l’insérer dans un cadre qui lui sera fourni, et faire apparaître les informations qui figurent sur le cartel. L’oeuvre reproduite constituera l’élément central devant permettre de documenter ce contenu avec des textes, des mots, des images, des objets … (voir le schéma page suivante)
Cette récolte d’informations se déroulera en quatre étapes. 1) reproduire l’oeuvre prise en photo à la Collection Lambert. 2) rassembler des documents, des informations strictement liés à cette oeuvre. 3) dresser une liste de dix mots en relation avec cette oeuvre. 4) repérer et trouver des correspondances, des liaisons, des sujets qui font écho à cette oeuvre.
Au cours de l’élaboration de cette documentation, l’étudiant ou le binôme d’étudiants devra prendre position et trouver un moyen singulier d’accrocher ses imprimés, de les exposer.
Outils nécessaires : appareil photo (celui du téléphone est suffisant), clef USB, ordinateur portable pour ceux qui en possèdent un, ciseaux, colle, scotch.

ARCHIVAGE

Afin de conserver les éléments de votre travail réalisé dans le cadre de l’atelier « Informer le document », vous devez alimenter un dossier en format .pdf comprenant
Une première page où figureront le nom du workshop, votre nom et prénom, votre année d’étude,
Une photographie de votre cadre contenant l’image réalisée à partir de la photographie de l’oeuvre que vous avez choisie à la Collection Lambert,
Son cartel
un descriptif de quelques phrases qui explique votre démarche.
Une à deux photographies d’ensemble de la nébuleuse des documents que vous avez reliés avec cette image,
Trois à quatre photographies de détails et de déchets de votre accrochage.

Muséoscospie

MUSEOSCOPIE   est  un  projet   expérimental   et   interdisciplinaire  mené  à  l’École Supérieure d’Art  d’Avignon (ESAA) depuis 2017. Il  vise à questionner et  réviser un lieu privilégié de relais du savoir vernaculaire et scientifique : le musée. En  s’interrogeant sur cet espace de mise en scène, il veut associer des étudiants en conservation-restauration et en création artistique avec des professionnels du patrimoine.

La première étape consiste dans l’« arraisonnement » d’un musée, soit un examen approfondi de ses modalités muséographiques en regard de la collection qu’il abrite. Il s’agit d’inspecter in situ pour mieux les saisir, les espaces d’exposition, les biens culturels ainsi que les accessoires déployés pour leur présentation, qui constituent à la fois le terrain et les matériaux de l’enquête menée. Celle-ci  est à même de révéler les procédés de la fabrication du “beau”, la génération et la propagation de stéréotypes. Elle vise à mettre en lumière les pratiques et discours de légitimation auquel le musée contribue, et peut dévoiler encore l’ instrumentation des espaces muséographiques dans la production des identités territoriales. En outre, il est possible d’évoquer la professionnalisation des pratiques muséographiques.

Puis la démarche se poursuit par la proposition d’intercalations matérielles à même d’interpeller le visiteur. Celles-ci viennent obstruer son parcours balisé en établissant chacune une situation imprévue de dérivation sémantique. De spectateur contemplatif enclin à une réception passive, il est appelé à devenir acteur critique de significations élargies et d’une compréhension plurivoque après avoir pris conscience des partialité et instrumentalité de la muséographie. Le résultat de cette intervention pose entre autres la question du statut de ces intrusions dans la stratégie muséographique. Selon le statut de celui ou celle qui conçoit et instaure l’intercalation, on peut y voir  une forme de “restauration périphérique” ou de dispositif artistique.

MUSEOSCOPIE ambitionne in fine de contribuer à l’augmentation de l’attractivité d’un musée et de sa fréquentation par un public moins spectateur passif et seulement contemplatif. En effet, celui-ci est appelé à devenir plus acteur critique, activateur de son expérience esthétique et cognitive en prenant conscience des partialité et instrumentalité de la muséographie.