Tous les articles par ninaca

Boîte à fards subjective

par Nina CASSERAT, EsaA

Objet sélectionné : LEKANÈ À FIGURES ROUGES (boîte à fards à couvercle)

© Musée Lapidaire à Avignon – Collection Archéologique du Musée Calvet

DESCRIPTION DE L’OBJET

Hauteur : 14 cm

Largeur : 16 cm

Provenance : Italie du Sud, Apulie, vers 320-315 avant JC, peintre du Saccos blanc

Coupe constituée d’une vasque à deux anses et d’un couvercle surmonté d’un bouton de préhension.

Décor végétal avec d’un côté, un génie ailé assis, paré de bijoux, tenant une corbeille de la main gauche et de l’autre, une situle (vase rituel en forme de seau, typique des scènes dionysiaques). Sur l’autre face se trouve une tête féminine de profil.

Les deux personnages portent un cécryphale (bande de tissu enserrant la chevelure).

 

PROJET

Après plusieurs idées avancées, la plus propice au concept de prolongement est de créer une animation en stop motion, c’est-à-dire, image par image, qui montrerait la boîte à fards. Celle-ci serait sur un fond blanc uni puis elle exécuterait des actions : elle s’ouvrirait, les pigments viendraient dans le lekanè, seraient broyés, etc, sans que les mains ou le corps d’une quelconque personne viennent perturber le processus d’élaboration, afin d’assurer l’idée de neutralité et d’universalité.

C’est le principe de la caméra subjective, où l’on propose au regardeur d’adopter le regard d’un des personnages de l’action. Ici, ce serait comme si le regardeur se faisait maquiller, comme s’il recevait de la poudre sur le visage, il aurait la sensation de recevoir la poudre, sauf qu’en réalité, c’est l’objectif de la caméra qui se fait maquiller. L’écran serait donc recouvert d’un film translucide de poudre blanche puis viendrait se rajouter deux traits de khôl pour les yeux et les joues seraient rougies.

Mais, il se peut que l’action de se démaquiller (au lieu de maquiller) soit plus pertinente. Le principe serait donc de montrer le processus inversé/retourné/mis en reverse, mais toujours en caméra subjective, ainsi le regardeur se ferait démaquiller en faisant disparaitre les traits de khôl, les joues rougies et le fard de poudre blanche. Serait ensuite évoquée la préparation (inversée) du fard blanc avec le broyage des pigments, les pigments en morceaux et pour finir sur le lekanè, soit l’objet sélectionné au musée Lapidaire d’Avignon.

Cela dépeindrait la fonctionnalité de la boîte durant la période de la Grèce classique mais aussi la symbolique du maquillage par le fait justement de se démaquiller et d’apparaître au naturel. La nuance se trouve dans l’action de se démaquiller et non de se maquiller. Ce prolongement inclurait également le regardeur par le biais de la caméra subjective, qui est un type de prises de vues actuelles au cinéma et qui permet l’immersion.

Au sein de la société actuelle, les femmes (mais pas que !) se maquillent tous les matins, ces gestes sont devenus un réflexe, une habitude, une norme pour se cacher, cacher ses défauts, ses imperfections même si, somme toute, ces femmes sont embellies.

Sur le plan de la muséographie du musée Lapidaire, la mise en place de ce projet pourrait s’apparenter à un QR code placé en guise de cartel et que le regardeur flasherait afin de voir l’animation. Ou alors un écran pourrait être placé à côté de la vitrine suivant les dimensions d’un cartel, pour rester dans les « normes, règles » établies par l’espace muséal.

Ce projet a choisi de traiter comme prolongement la fonctionnalité et l’usage du lekanè afin de l’insérer dans un procédé technique actuel de vidéo. Il suffira maintenant de mettre en place la forme de ce projet au sein même du musée.

 

(Reproduction des images avec l’aimable autorisation du musée Lapidaire)