Tous les articles par lmontybrunel

Une poupée archéologique à l’épreuve de la muséoscopie

par Lucie MONTY-BRUNEL

Comment combler le large fossé entre une époque lointaine et
la nôtre, que le temps et les évolutions 
culturelles ont creusé ?
 

PRESENTATION DE L’OBJET :      

 Poupée articulée de terre cuite

 Grèce Attique, époque classique, lV e siècle av. J.C (?)

 Provenance Athènes

 Don Chaix, 1847

©monty-brunel lucie

Cette poupée articulée est une poupée réalisée à partir de terre cuite, et a cela de particulier que toutes les parties qui la composait n’ont pas été retrouvées. Seule la tête, le tronc, le haut des cuisses ainsi qu’une jambe déliée du corps ont été conservés.

La poupée est présentée isolée, dans une case de couleur rouge, le tronc debout et la jambe couchée devant.

PRESENTATION DU PROJET :

Beaucoup de figurines antiques à l’apparence humaine ont été retrouvées par les archéologues, mais toutes ne sont pas des poupées.  Pour répondre à cette appellation, il faut que l’objet soit de taille telle, qu’il puisse être manipulé par les enfants, soit environ 15 cm.

« L’enfant anime son jouet, joue à le croire vivant et lui fait prendre certaines positions, s’amuse à le coucher, à le faire manger, à l’habiller, ou à lui faire jouer des rôles sociaux. (…) les poupées attiques vont prendre du modelé, seront fabriquées en deux moules, et le mode de fixation des jambes va tendre à devenir le moins voyant possible, la partie mobile pénétrant dans la cuisse creuse, plus large, et munie d’un fil (…) l’essentiel du travail de sculpture réside dans le visage et la coiffure, laquelle nous permet des datations assez fines car elles répètent les coiffures mises à la mode par les impératrices et diffusées par les monnaies et les statues officielles sur les formes”. (cf Jouer dans l’Antiquité).

Ces poupées, destinées à être manipulées par des enfants, représentaient avant tout des corps de femmes, formés et sophistiqués. On peut imaginer que ces corps étaient très certainement représentatifs des critères de beauté féminins de l’époque. Ainsi, le lien avec la poupée Barbie, emblématique de notre époque semble évident.                  

La Barbie est une poupée plastique d’environ 29 cm commercialisée depuis 1959 et originaire des Etats-Unis .                                                            Simple jouet à l’origine, la poupée Barbie est devenue mythique et vraie icône. La première Barbie commercialisée représente une vision idéalisée du corps de la femme occidentale, corps svelte, mensurations dignes des modèles de magazines, chevelure blond platine et maquillage à outrance. Ce n’est qu’autour des années 70 que le type ethnique de la poupée Barbie se diversifie. En 2016 face à l’accélération de la chute des ventes, Mattel (producteur de la poupée Barbie) va lancer trois nouvelles silhouettes de Barbie aux côtés de la poupée traditionnelle. L’une d’elles, baptisée en anglais «curvy » ( arrondie) propose une poupée Barbie aux formes plus généreuses.

 

Le projet serait donc de confronter visuellement la poupée articulée du musée lapidaire à la Barbie.                                                                                      La relation était en effet évidente, mais la question qui se posait réellement était de savoir comment les confronter ? Par quels moyens ?

 

J’ai d’abord pensé à la réalisation d’une Barbie en terre cuite, mais cela aurait caché le plastique de la poupée Barbie, qu’il me semble essentiel de conserver car il est un fort indicateur de l’évolution esthétique et matériel et, élément central de la production de notre époque.

L’idée de rajouter à la poupée articulée ses membres manquants, en les remplaçants par ceux d’une poupée Barbie est venue ensuite. Cela aurait permis de créer  un contraste de matière, mais le tronc de la poupée  Barbie que je souhaite conserver à tout prix dans le projet, aurait disparu.

J’ai finalement décidé de présenter la poupée Barbie de la même façon que la poupée articulée, c’est-à-dire de ne lui laisser que le tronc, la tête, et une jambe détachée de son corps. Une manière de conserver l’aspect plastique de la Barbie, ainsi que son tronc et son visage, significatifs des critères esthétiques que représente la poupée Barbie.      

 

Bibliographie :

Jouer dans l’Antiquité, Roland May, Agnes Durand, Gisèle Pierini, Annie Tarin.

Edition Réunion des Musées Nationaux, Musées de Marseille, 1992.