Tous les articles par jchoi

La Tarasque de Noves: prolongement géographique et temporel

par Manon RAYNAUD et Yonghan CHOÏ, EsaA

©http://www.net-provence.com

L’objet que nous avons choisi s’appelle la « Tarasque de Noves » par assimilation avec le monstre tué par Sainte Marthe. Cette statue est faite de calcaire coquillier et nous savons qu’à l’origine elle était peinte car des restes de couche picturale ont été retrouvés au niveau de la bouche. Assise sur son piédestal, elle trône au cœur sur musée Lapidaire. Elle tient dans sa gueule le bras droit et le pied gauche de sa victime, ses griffes sont encore sorties. De ses lourdes pâtes antérieures, elle écrase deux têtes d’hommes barbus aux yeux clos tels des masques. Il s’agit d’un animal hybride, tenant à la fois du loup et du lion. Cette œuvre fut source de nombreux questionnements, notamment quant à sa date de création, on sait aujourd’hui qu’elle fut réalisée entre 50 av JC et les premières années de notre ère. La Tarasque de Noves fait écho à des croyances et des valeurs funéraires celtes. La créature fantastique engloutissant un être humain renvoie à la mort qui est le passage vers une autre forme de vie, elle, symbolisée par le sexe dressé de l’animal. Les deux têtes masculines symbolisent les ancêtres qui évoquent la succession des générations qui passe par la mémoire, le souvenir des anciens, protecteurs des vivants.

©musée Lapidaire

Autre Tarasque Très célèbre, celle de Tarascon. Elle est née au bord du Rhône, dans une grotte aquatique située sous le château de Tarascon. Elle dévorait les hommes, et détruisait tout sur son passage avec sa solide queue, elle semait la terreur et le chao. On l’associait aux débordements du fleuve. Selon la Légende Dorée de Jacques de Voragine, Sainte Marthe aurait vaincu la tarasque. Elle serait venue de Judée pour annoncer la Bonne Nouvelle en Provence où elle apprit l’existence du monstre. Elle alla à sa rencontre et le soumis en lui passant sa ceinture autour du cou pour le ramener à Tarascon où il sera tué par la foule. Une fête est dédiée à la victoire de Sainte Marthe vers la Pentecôte et le 29 Juillet le jour de la fête de la Sainte.

 

Vers 300 av JC en Chine, lors de la dynastie Zhou, on retrouve un animal hybride ressemblant à la Tarasque de Noves. Il se nomme « Genbu », « Tortue noir du nord » ou encore « Guerrier noir ». Cette créature fantastique fait partie de l’un des quatre animaux totem du zodiaque chinois. Elle représente le Nord, l’hiver et l’eau, le Nord symbolisant la mort associée à la couleur noire.  Elle est souvent représentée comme une tortue autour de laquelle s’enroule un serpent. C’est une créature à double sexe, le serpent représentant le mâle et la tortue la femelle. Cela fait écho au mythe selon lequel les mâles sont souvent impuissants ce qui amène les femelles à se reproduire avec des serpents. La symbolique que cela implique est contradictoire car cette représentation évoque à la fois le sacré, car la tortue porte l’univers sur son dos, et l’immoralité. De plus, cet animal est également affublé d’une symbolique guerrière, le dos de la tortue symbolisant la défense et les dents du serpent l’attaque.  

 

 

©https://namu.wiki/

 

 

 

 

©www.provence-pays-arles.com

 

Ces mythes ont inspiré de nombreux auteurs qui les ont revisités tout en conservant l’idée de monstre hybride. Guilio s’est inspiré de la tarasque pour sa bande dessinée « L’auberge de la Tarasque » et Yu Yu Hakusho de la Tortue noire pour son manga « Genbu the stone turtle ».

©https://www.bedetheque.com/
©www.mangaeden.com

 

(Reproduction des images avec l’aimable autorisation du musée Lapidiare)

Manon Raynaud et Yonghan Choi