Tous les articles par egilot

Duplicité d’une boîte à malice égyptienne

par Emilie GILOT, EsaA.

Quel lien y a-t-il entre notre époque et l’antiquité ? Comment réduire ce sentiment de vide qui sépare ces deux périodes ? Muséoscopie s’intéresse aujourd’hui à prolonger l’histoire de ces objets antiques, comme si leur vie ne s’était pas arrêtée derrière la vitrine d’un musée.

Coffret à Ouchebtis

Parmi ces objets, un petit coffre attire notre attention, il s’git d’un coffret à ouchebtis au nom de Pa-nefer-nefer en bois stuqué et peint datant à l’Egypte antique. Ce coffret été utilisé pour y déposer des ouchebtis, il s’agit de statuettes funéraires portant en inscription une formule du 6ème chapitre du livre pour sortir au jour (livre des morts). Ces statuettes nommées ouchebtis, ouchabti ou chaouabtis étaient les serviteurs du pharaon dans l’au-delà. Lorsqu’on les invoquait, elles répondaient « Me voilà ! » et exécutaient tous les travaux nécessaires à la vie dans l’au-delà pour le compte du pharaon. Elles s’occupaient notamment des travaux agricoles. Ces statuettes sont présentes dans les tombes autour du sarcophage en général, au nombre de 365 pour chaque jour de l’année. Néanmoins, dans certaines tombes ce nombre est plus important. En effet, dans le tombeau du célèbre pharaon Toutankhamon, on en compte plus de 400.
Ce coffret contenait donc ces petits “êtres spirituels”, peints avec grand soin,. Il comprend des petits boutons suggérant de les saisir afin d’ouvrir les différents compartiments. Cette volonté de préserver un objet, de le mettre à l’abri du temps, de le protéger si précieusement est une doctrine très présente en Egypte. Les égyptiens multipliaient les sarcophages, les chapelles, les contenants. Par exemple, dans le tombeau du pharaon Toutankhamon, la momie du roi a été mise en bière dans trois sarcophages différents, ceux-ci ont été placés à leurs tours dans quatre chapelles superposées. Les viscères du pharaon étaient quant à elles placées dans des sarcophages miniatures, puis dans des vases canopes, eux-mêmes insérés dans une chapelle canope. Ce procédé de contenant imbriqués les uns dans les autres témoigne d’une volonté forte chez les égyptiens de préserver pour l’éternité ces éléments précieux. 

Coffret à ouchebtis
© Musée Lapidaire

Projet d’un prolongement du coffret à ouchebtis

Cette méthode évoque de toute évidence le système des poupées russes originaires du Japon. Le peintre Sergueï Malioutine en fera le bibelot que l’on connaît. La boîte, est donc le point de départ de la réalisation envisagée du prolongement du offret égyptien du Musée lapidaire.

Comme un sarcophage, on remarque qu’en l’ouvrant, celle-ci renferme d’autres contenants. Ici ce sont des petites boîtes sont toutes imbriquées l’une dans une suivante pouvant la contenir, comme pour mieux protéger un objet très précieux pour l’éternité. Sauf que je contenu des objets est cette fois placé à l’extérieur, en exhibition. Chaque boîte constituant des compartiments, chaque objet associé renvoie à une période de l’histoire. L’histoire de l’Egypte est comme ces tombeaux, fragmentée en plusieurs périodes. Manéthon de Sebennytos était un prêtre égyptien qui fut à l’origine de la division en trente et une dynasties des souverains d’Egypte. Karl Richard Lepsius, égyptologue a lui,  divisé l’histoire de l’Egypte en cycles et fragmenté la chronologie en empires (ancien empire, moyen empire et nouvel empire) entrecoupés par des périodes de trouble appelées périodes intermédiaires. Le compartimentage et la fragmentation sont indissociables de l’Egypte antique.
Ces boîtes imbriquées et les objets qui y sont associés symbolisent cette fragmentation que l’on retrouve sous différentes formes en Egypte. Mais également cette volonté de vouloir enfermer dans des boîtes des objets précieux  devant accompagner le pharaon dans l’immortalité, afin qu’ils traversent indemnes le temps sans qu’il ait quelque prise sur eux.

maquette projet
© Emilie Gilot

Cette proposition serait disposée sur un présentoir, près du coffret à ouchebtis, à la portée visuelle du public. Toutefois, celle-ci demeure encore à l’état de projet, la disposition des éléments pouvant être amenée à changer, l’un par rapport aux autres.

(reproduction des images avec l’aimable autorisation du musée Lapidaire