Tous les articles par cpassis

Jupiter ou Taranis ?

statue de jupiter, musée Lapidaire
© Musée Lapidaire

par Coline PASSIS, EsaA

OBJET

Statue de Jupiter en équipement militaire tenant la roue de la main droite ; à sa gauche un aigle et un serpent

Œuvre gallo-romaine d’époque impériale

 

La divinité est représentée en pieds, mais la tête de la statue a été brisé e au niveau du cou et a disparu. Elle porte un équipement militaire romain datant de l’époque impériale, accompagné d’une cape.

La roue est un attribut du dieu gaulois Taranis. Sa signification n’est pas certaine et il existe plusieurs hypothèses : elle peut être le symbole de la roue solaire, de la roue cosmique (le ciel des étoiles tournant autour de l’axe polaire), ou encore celle du char du tonnerre, ce qui est le plus probable.

L’aigle est un animal qui est souvent attribué aux dieux du ciel (dont Jupiter et Taranis) qui sont pour la plupart également dieux des dieux. L’aigle représente alors la majesté, la puissance.

Taranis est souvent représenté accompagné d’animaux dont le serpent, qui lui serait un antagoniste.

Le dieu Jupiter, ou Taranis, est également associé aux pratiques divinatoires liées à l’interprétation des signes célestes (vol des oiseaux, éclairs…)

 

PROJET

L’objectif du projet est d’inscrire l’objet dans notre époque en imaginant un prolongement. Ainsi, il peut répondre à différents enjeux (culturels, temporels, épistémiques…) correspondant à son époque d’origine ou/et à l’époque actuelle.

La divinité représentée par la statue est nommée comme étant Jupiter, cependant d’après les attributs qu’elle porte, on pourrait tout aussi bien la définir comme une autre divinité du ciel, issue de la mythologie celtique gauloise : Taranis.

De plus, dans toutes les mythologies, il existe une entité qui représente le ciel, le tonnerre et la foudre, qui est le maître des dieux. Ainsi, cette entité unique a plusieurs personnalités et parfois même se dédouble.

Pour prolonger cet objet, il s’agit de sélectionner les visages des représentations de ces différentes divinités dans les films du 21e siècle et de les faire défiler à la place de la tête de la statue. Le choix de prendre les personnages de films s’explique par la multiplicité des interprétations et la diversité des acteurs choisis pour incarner une même entité/idée.

Pour faire défiler les visages, il est possible d’utiliser un écran et de passer les images en diaporama. Ces dernières doivent toutes faire la même taille, et être proportionnelles à la statue, puisqu’elles remplacent sa tête. Il n’est pas nécessaire de créer une cohérence de couleurs entre les images car ces différences accentuent l’idée de diversité des représentations.

visages de différents acteurs
©

(reproduction des images avec l’aimable autorisation du musée Lapidaire)