Quand le bug permet de relier des temps.

Par Théo FARRUGIA, EsaA

© Musée Lapidaire

 

Ce projet à pour objectif de relater une façon d’établir un lien avec le passé, en utilisant un medium et des procédés modernes.

Projet:

Exploitation  d’une erreur numérique polluant la représentation d’une statue antique, et insérée dans un espace virtuel, dénué de tout repères temporels.

Réinterpréter, interpréter de nouveau ou de manière nouvelle un objet par l’esthétisation d’un phénoméne expérimental survenu après manipulation d’appareils électroniques, corruption de codes, ou de données.

L’éternel retour, Friedrich Nietzsche, le Gai Savoir.

 

 

© Théo Farrugia

 

“La simultanéité ou succession ne tomberait pas elle-même sous la perception, si la représentation du temps ne lui servait à priori de fondement. Ce n’est que sous cette supposition que l’on peut se représenter qu’une chose existe en même temps qu’une autre (simultanément) ou dans des temps différents (successivement).”

-Emmanuel Kant, le temps.

(reproduction des images avec l’aimable autorisation du musée Lapidaire)


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.