Enquête au musée Lapidaire

Par Loreleï RENEVIER, EsaA

Proposition :

Dans le cadre du workshop « Muséoscopie », la proposition était de  réactualiser ou prolonger des objets du musée lapidaire d’Avignon. Ces derniers proviennent tous de la région du Vaucluse et regroupés sur la période de l’Antiquité romaine et égyptienne. Par la suite il faut réfléchir sur sa réactivation, réintégration dans le contexte actuel du musée.

Objet choisi :

Vitrine des verreries gallo-romaine allant du Ier au IIIème siècle après JC. Verreries qui peuvent passer du récipient pour boire au flacon de parfum, on voit aussi un début de traitement de couleurs (violet, bleu verre, bleu foncé, jaune, blanc) et les formes sont tout aussi variées (allongé, gros, fin, cubique, rond…). Ces objets sont regroupés dans deux vitrines positionnées sur le vaisseau latéral droit de l’église dans un coin un peu isolé.

Objectif :

Mettre en valeur ces objets par le biais de la scénographie et de l’histoire du verre.

Recherches sur le verre :

D’un point de vu physique le verre est un mélange de silice, donc du sable, avec un fondant (fer, soude..). Le tout est fondu ensemble et pour un aspect esthétique on y rajoute des pigments qui le colorent.  

Sur son histoire, le verre est connu depuis longtemps (Vème siècle avant JC) mais la technique de fabrication n’a pas cessé d’évoluer (exemple : au Ier siècle av JC, on découvre le verre soufflé).

Si on se focalise sur la période gallo-romaine à partir du Ier siècle après JC dans la zone géographique de l’empire romain, on découvre que le verre accomplissait un parcourt tumultueux.

Ainsi, il débute dans les carrières de sable d’Egypte ou du Pakistan dans un premier atelier, qui a pour but de fritter le verre. Il va ensuite être exporté vers l’empire romain d’occident (Italie…) ou les frittes de verre vont être fondues en lingot. Et pour terminer, ces lingots seront déplacés vers d’autres ateliers plus dans le nord (ex : Germanie, Gaule…) pour être remaniés et atteindre la forme finale. 

On assiste à un début de la mondialisation avec l’empire romain et le cas du verre en est l’exemple.

Comment retranscrire ce trajet dans le cadre actuel, c’est-à-dire la cadre du musée, de la société mondiale ?

Ainsi je souhaite développer, dans ce projet à l’aide du thème du verre la notion de mondialisation.

Description du trajet :

L’idée est de dissimulée des indices qui permettrait de retracer le chemin du verre à l’époque Gallo-romaine. Son trajet débute en Egypte ou au Pakistan. Notre enquête va donc débuter autour des objets égyptiens qu’on retrouve à l’entré du musée Lapidaire, stipulé par une petite marque rouge qui indiquera un texte à écouter sur un audio guide, ou texte écrit (à voir en fonction des moyens). Ce dernier expliquera précisément le contenu de ces ateliers et tout ce qui les entours.

A la fin de ce passage, le spectateur sera invité à prendre le bateau, symbolisé par des marques au sol ( ) qui le dirigera vers la partie gauche de l’église. Dans cette partie, on retrouve beaucoup de stèles funéraires ce qui peu introduire la notion du voyage difficile.

Après ce périple, on arrive autour d’une statue de Jule César en Bronze, image iconique de Rome, ce qui permet de faire un lien avec une troisième partie : l’atelier dit type 3, transformation des frittes de verres en lingots qui se font en Italie.

Le spectateur sera redirigé vers la destination finale, le navire droit du bâtiment ou se situe les vitrines. Dans cette partie on développera la confection finale du verre (moulage, soufflage…).

Proposition chemin :

© musée-lapidaire
 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.