3ème session: “Le musée en creux”

Workshop :                                                    MUSEOSCOPIE  

Référence :                                                    à lire [ cliquer ICI ]

Dates :                                    3 ème sesssion du 25 au 29 Mars 2019 inclus.

Initiateur :                                                     M. Maire (2016)

Lieu investi :                                          Musée Vouland, Avignon

Enseignants associés :                S. Elghezal, H. Maghraoui, M. Maire.

Etudiants associés : 12

Professionnelles partenaires  :  Sabrina Grassi, critique d’art et co-commissaire de l’exposition « Document bilingue », Odile Guichard, conservatrice du Musée Voulant, Astrid ….. stagiaire.

Outils requis : appareil photo, carnet de croquis, …

Bibliographie de référence :

_____________________________________________________________

MUSEOSCOPIE propose du 25 au 29 Mars 2019 une 3 ème session de workshop qui veut se pencher particulièrement cette fois sur le musée en creux, ses réserves. Le terrain  propice à cette nouvelle velléité prospectrice est le Musée Vouland qui rend compte  à sa manière d’un certain art de vivre élitiste de la classe dirigeante au XIX ème siècle. Inspiré du modèle du Musée national des Arts et Traditions populaires initié par Georges Henri Rivière à partir de 1937, cet hôtel particulier rassemble des témoins artisanaux, artistiques, industriels et culturels  réunis par un magnat local, augmentés d’acquisitions nouvelles par donations, prêts et achats depuis l’ouverture du musée. Le musée abrite dans ses espaces d’exposition et de réserves azimutées de la cave au grenier, des objets d’art décoratif, industriel  et populaire issus des XVII ème et XVIII ème siècles, susceptibles de cohabitation ponctuelle, contrastée et inédite avec des créations plus récentes. Doté d’un jardin intimiste, véritable havre de verdure au coeur de l’urbanité, il laisse entrevoir des liens à tisser entre le dehors et le dedans.

MUSEOSCOPIE persiste à vouloir interroger la nature plurivoque des biens culturels relevant potentiellement de catégories multiples telles que  art populaire, objet scientifique, art décoratif , ici des pièces de dessin, peinture, faïence, porcelaine, tapisserie, horlogerie, lustrerie et orfèvrerie. Comment se déprendre de tout tropisme critique pour agir par accommodation, intercalation, activation  sur  des objets-documents révélés à la lumière de leur biographie et d’ une autre « matérialité » – moins essentielle et physique, plus esthétique, poétique, ethnographique ou anthropologique celle-là ? Que pourrait-il advenir de la partie des collections  actuellement mise en retrait ou à l’écart, si ces objets étaient reconsidérés dans des dimensions et sur des supports médiatiques inenvisageables jusqu’à aujourd’hui, à l’heure d’une culture visuelle numérique déjà très priorisée par les jeunes ? Cette opération activatrice menée dans une perspective non plus catégorielle, mais particulariste,  est-elle à même de relever de l’art et/ou d’un nouvel enjeu de la conservation – restauration ?

Etudiants inscrits :

01

 

 

 

02

 

 

 

03

 

 

 

04

 

 

 

05

 

 

 

06

 

 

 

07

 

 

 

08

 

 

 

09

 

 

 

10

 

 

 

11

 

 

 

12

 

 

 

13

 

 

 

14

 

 

 

15

 

 

 

16

 

 

 

17

 

 

 

18

 

 

 

19

 

 

 

20

 

 

 

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.